lumières

Ces lumières accrochées aux arbres, ces rideaux tendus au ciel des rues.

Même ces lumières ont un mouvement, le mouvement que leur donne le vent, ou le mouvement que leur donne notre regard, qui les effleure, qui glisse.

Ces petits points lumineux n'éclairent pas vraiment; ils sont là, ils rythment le temps.

Si on les regarde un peu plus longtemps, une fois le regard détourné, notre cerveau ne voit plus que la persistance de ces petits points lumineux.

Dans les arbres ils donnent une forme, on imagine les branches... On imagine

Dans les rues on imagine le chemin dans le ciel.

Des points blancs ponctuent cette nuit noire.

Il suffit d'inverser, tout positif a son négatif.

Des points noirs dans ces nuits blanches, la nuit noire associée à la nuit blanche.

Le noir et le blanc seront la toile de fond.

Points de lumière, qui quelque soit la couleur des lampes en deviennent blanc par leur intensité. Mais regardez bien, ce n'est pas du noir et blanc, vous y percevrez l'esprit d'une couleur.

Traces de bâtiments, d'arbres, là, des traces, simplement

L'esprit d'un arbre, l'esprit d'une rue. Une respiration, un bougé naturel, un bougé d'équilibre. Mouvement de la vie, toujours. Le mouvement d'un arbre, d'un immeuble, d'une rue

la respiration d'un arbre, d'un immeuble, d'une rue, la vie d'un arbre, d'un immeuble, d'une rue

la vie... la respiration... le mouvement...

la nuit... sa respiration... ses lumières...

 

Les images seront présentées sous forme de diptyques : La nuit noire associée à la nuit blanche